• Jeudi 22 mars, les 1 CR 2 ont rencontré l'illustrateur Ronan Badel, dans le cadre du Printemps du Livre de la ville de Grenoble.

    En amont, les élèves s'étaient rendus à la bibliothèque Kateb Yacine pour préparer cette rencontre.

    Ils ont ainsi demandé à Ronan Badel ce qui l'a inspiré à devenir illustrateur. Ronan a saisi un feutre et a commencé à dessiner un petit garçon, que les élèves ont tout de suite identifié comme étant lui enfant. Ronan a raconté que ce petit garçon n'avait pas la télé chez lui : il espérait donc que son père en achète une. Mais, son père lui avait en fait offert un carnet blanc et une boîte de crayons de couleur et il lui avait conseillé de dessiner ce qu'il voyait lorsqu'il s'ennuyait, (à sa grande déception, à ce moment-là, d'ailleurs !). Alors le petit garçon avait commencé par de dessins de son chien et de son jardin.

    Printemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan Badel

    Depuis, Ronan Badel n'a plus arrêté de dessiner, il a toujours un carnet sur lui.  Par exemple, lorsqu'il est assis à une terrasse, il ne peut pas s'empêcher de faire des croquis, comme cette vieille dame qui promène son chien, ou même chez lui, quand il imagine ce petit cow-boy pressé sur son cheval. Ce croquis qu'une amie trouvera deviendra plus tard le héros d'un de ses livres.

    Printemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan Badel

    Les 1 CR 2 ont posé une question sur le matériel utilisé. Ronan a montré ses illustrations à la gouache ou aux crayons de couleur. Il a reconnu la difficulté de faire des aquarelles et a également livré une anecdote étonnante. Il a en effet l'intention d'illustrer tout un livre avec un bic quatre couleurs ! Il en d'ailleurs acheté tout un stock en prévision.

    Printemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan Badel

    Les lycéens ont ensuite voulu savoir quel livre avait rendu Ronan Badel célèbre. Ce dernier leur a dessiné Emile, un personnage récurrent qui apparait dans une vingtaine de titres.

    Enfin, les 1 CR 2 ont posé des questions sur Vendredi ou la vie sauvage, le choix des couleurs employées, mais également leur impression que ces dessins étaient des brouillons. Ronan a expliqué que la couleur bleu-vert  était un choix de l'éditeur et qu'il avait fait 200 dessins pour Vendredi, tous des brouillons et qu'ils avaient tous été choisis.

    Printemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan Badel

    La rencontre s'est terminée par une anecdote émouvante quand un élève a demandé lequel de ses livres Ronan préférait.

    L'auteur et illustrateur a évoqué 3 600 secondes, un livre inspiré d'un rêve qu'il avait fait, juste après la mort de son grand père qui avait dévasté le petit garçon de sept ans qu'il était alors. Il avait rêvé d'un voyage tout autour de la Terre, à bord d'une soucoupe volante qui avait atterri dans son jardin et qui l'avait emmené sur un nuage. Là haut, il avait revu son grand père...

    Printemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan BadelPrintemps du livre : rencontre avec Ronan Badel

    Un grand merci à Ronan Badel pour cette rencontre passionnante qui a alterné émotion et humour et qui a beaucoup plu aux 1 CR 2. Merci aussi aux bibliothécaires de la ville de Grenoble qui organisent et encadrent ce Printemps du Livre.

    Printemps du livre : rencontre avec Ronan Badel

     


  • Rencontre avec Elisabeth Gonçalves

    Après avoir assisté au spectacle La Migration des Canards, les élèves de SEC 2 ont eu la chance de rencontrer l'auteure de cette pièce, Elisabeth Gonçalves, mercredi 31 janvier, au CDI.

    Rencontre avec Elisabeth GonçalvesRencontre avec Elisabeth GonçalvesRencontre avec Elisabeth Gonçalves

    Les SEC 2 ont d'abord donné leurs impressions sur La Migration des Canards, -qu'une élève a ainsi résumé "Le père considère sa fille comme une malédiction mais il veut pour elle un avenir meilleur."- et ont également posé des questions :

    -Est-ce la première fois que vous écrivez une pièce de théâtre ?

    -Pourquoi cette répétition de "Moi je" ?

    -Le fait que l'héroïne n'ait pas de prénom est-il fait exprès ? Est-ce fait pour faciliter l'identification ?

    Un débat s'est ensuite engagé autour des relations parents-enfants mais également plus largement sur la construction de l'identité.

    Elisabeth a ensuite lancé un atelier d'écriture en proposant aux élèves d'écrire cinq phrases commençant ainsi : "Si je pouvais......je......".

    Rencontre avec Elisabeth GonçalvesRencontre avec Elisabeth GonçalvesRencontre avec Elisabeth Gonçalves

    "Si je pouvais arranger les choses, je le ferais.

    Si je pouvais comprendre les autres, je le ferais.

    Si je pouvais crier quand je le veux, je le ferais.

    Si je pouvais aider les plus démunis, je le ferais certainement.

    Si je pouvais réanimer quelqu'un ce serait mon grand-père."

     

    "Si je pouvais être aveugle, je serais un grand lecteur.

    Si je pouvais être muet, je serais un grand dictateur.

    Si je pouvais être sourd, je serais un grand spectateur.

    Si je pouvais être sans certains membres, je serais un grand coureur

    Si je pouvais être simplement pas là, je ne serais pas en train de subir tout cela."

    Elisabeth a enfin proposé de mettre en voix ces deux textes, en insérant des pauses entre les mots, en les chuchotant ou en criant.

    Cette séance a beaucoup plu aux élèves : un grand merci à Elisabeth Gonçalves, ainsi qu'à Sybille Sorrel de l'Espace 600 pour cette rencontre !

     

     


  • Mercredi 24 janvier les SEC 2 se sont rendus à l'Espace 600 pour assister à la représentation de la pièce La Migration des canards.

    En amont, les élèves ont préparé cette séance au CDI, en écrivant à partir du début du texte écrit par Elisabeth Gonçalves :

    "Moi je suis l'enfant et

    Moi je regrette de ne pas être ce qu'il faut

    Moi je vois la mère qui ne sait plus si cela est de sa faute

    Si elle provoque tout cela par sa douceur

    Le père doit punir le devoir non fait et le bureau en désordre."

    Ecriture autour du spectacle La Migration des canards

    Voici ce qu'ont proposé les SEC 2 à partir de ces amorces.

    "Moi je suis le manque

    Moi je regrette de ne pas pouvoir le combler

    Moi je vois la mère qui y pense

    Le père doit le ressentir."

    "Moi je suis si peu, tellement rien

    Moi je voudrais être plus

    Moi je vois la mère qui s'inquiète

    Le père doit voir ce qui se passe mais reste aveugle."

    "Moi je suis emprisonné

    Moi je regrette le passé

    Moi je vois la mère qui pleure

    Le père doit demander une seule chose à l'enfant de prendre soin d'elle."

    "Moi je suis le cancer

    Moi je regrette de tuer autant de personnes

    Moi je vois la mère qui meurt sur son lit d'hôpital

    Le père doit rester à son chevet."

    "Moi je suis l'espoir et je suis celui qui donne du courage quand plus personne n'en a

    Le père doit en avoir pour supporter

    la triste réalité de ce monde condamné."

    "Moi je suis une personne comme les autres

    Moi je regrette rien dans ma vie tout doit être vécu

    Moi je vois la mère qui a refait sa vie

    Le père doit refaire la sienne."

    Ecriture autour du spectacle La Migration des canards

     


  • Mercredi 6 décembre, les élèves de 1 CR 2 et de SEC 1 ont rencontré la comédienne Leïla Brahimi, accompagnée de Halim Khelifi de l'Heure Bleue de Saint-Martin d'Hères, au CDI. En effet, ces deux classes se rendront prochainement dans cette salle de spectacle pour assister à la représentation de Neuf Petites Filles .

    En préambule, Leïla qui travaille en tant que comédienne et assistante metteur en scène dans la compagnie du Verseau a présenté la pièce. Les élèves ont ensuite posé des questions :

    -Quel message y-a t-il derrière Neuf Petites Filles ?

    -Pourquoi ce titre, Neuf petites filles ? Est-ce qu'il y a vraiment neuf personnes sur scène ?

    -Quel est le parcours de Laïla en tant que comédienne ?

    -Comment ça se passe quand on est comédien et que l'on n'aime pas jouer un rôle ?

    Un débat s'est ensuite engagé sur les différences entre le cinéma et le théâtre Enfin, deux élèves, Thalyana et Bilal se sont essayés à la lecture d'un extrait de Neuf Petites Filles, avec les conseils de Laïla.

    Merci à Laïla Brahimi et à Halim Khelifi pour cette rencontre !

    Rencontre avec Laïla BrahimiRencontre avec Laïla BrahimiRencontre avec Laïla Brahimi

    Rencontre avec Laïla BrahimiRencontre avec Laïla BrahimiRencontre avec Laïla Brahimi

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique